Sylvie : elle l’a fait !

C’est un trail de légende : Le MARATHON DES SABLES est une course à pied, ouverte aux marcheurs, en 6 étapes, en autosuffisance alimentaire et en allure libre sur une distance de 250 kilomètres environ, avec obligation pour le concurrent de porter son équipement (nourriture et matériel obligatoires). Il se court dans le Sahara marocain

Le site de la course

Et, sauf erreur de ma part, Sylvie est la première Lente à le boucler, après des années difficiles dues au Covid. Elle le fait de belle manière (voir les résultats) mais non sans souffrances… Bravo Sylvie !

L’article de la Rep’ du 8 avril 2022 :

La République du Centre

Récit :

Marathon des sables, courses dans le désert au sud du Maroc, en autosuffisance alimentaire sur 7 jours (250km).

 Tout d’abord, merci à tous ceux qui m’ont suivi et encouragé.
Difficile de raconter en quelques phrases cette aventure surréaliste…

Durant les courses la température était entre 35 et 40° mais avec un taux d’humidité nul (donc pas d’odeur de transpiration, croyez-moi, c’est plutôt agréable au vu des conditions spartiates de vie …), la nuit on était proche des 0. Je n’ai pas rencontré de difficulté particulière dans la gestion de la chaleur, en m’hydratant bien, en prenant des pastilles de sel. Mes doigts et pieds n’ont pas gonflés, et cerise sur le gâteau j’ai fini avec 0 ampoule ce qui est exceptionnel …
Mes difficultés : poids du sac (20% de mon poids) et difficulté après l’étape longue à m’alimenter.
Les étapes étaient différentes chaque jour, mais sol sableux pour une grande partie de la course (dunes et dunettes) et pour le reste de la caillasse avec de nombreux djebels, canyons. Au final, environ 4000m D+.
Quelques infos marquantes sur quelques étapes

Etape 2, 38km : L’hécatombe côté abandon (65). Nous avons eu le droit à la tempête de sable, je ne voyais pas à 5 mètres. Le sable fouettait les membres violemment, avec le poids du sac en plus, impossible d’avancer et aucune possibilité de se mettre à l’abri…Et à l’arrivée, sur le bivouac, impossible de manger, de se faire une petite toilette de chat…, attendre que ça se passe dans une tente berbère traversée par le vent et le sable… Le vent s’est calmé dans la nuit.

Etape 3 environ 32km : la plus technique, la plus jolie et toujours aussi dure. Montée et descente de 3 djebel (coté sable, coté rocaille), passage avec corde, Passage de dune, sur 2 des djebel passage sur la crête avec superbe panorama en 360; et le vent toujours très présent. Les 7 derniers kms vent de face, sable dans la bouche, dans les yeux même avec des lunettes de soleil,

Etape 4 : Etape longue un peu plus de 86km = 17h45.

Au départ mal au ventre, les larmes coulent… Mais très vite objectif, ne pas penser à la ligne d’arrivée, mais au CP suivant. Conditions top, peu de vent, chaud mais pas trop et même en haut d’un djebel quelques gouttes de pluie… Une étape à 80% de dunes… La tombée de la nuit et la nuit magique, les étoiles et le sables… Pas un bruit et finalement 21 km avant l’arrivée, c’était sûr, j’irais jusqu’au bout.

Etape 5 : Le plus long marathon de ma vie… 7h30… La journée de repos qui devait permettre de se recharger, ne l’a pas été pour moi. Impossible de manger autre chose que des soupes, mal au ventre. Je me suis tout de même reposé. Ce marathon a été plus difficile que la grande étape, alors qu’il y avait moins de difficulté mais toujours de nombreux kms de dunes. Pas de jus, mal au ventre, impossible de m’alimenter. Du coup au CP3 je me suis arrêté chez les docs. Je suis repartie et J’ai pleuré pendant les 5 derniers kms, de douleur, de joie, d’épuisement. Ça y est je l’ai fait, je suis fière de moi, j’ai reçu la médaille de Patrick Bauer avec un gros câlin de réconfort.

État les lieux physiques au retour à la maison : 2 kg de perdus, pieds et corps pas une égratignure, mal nulle part sauf une fatigue, un épuisement physique extrême. J’ai l’impression d’être passée dans une machine à laver.

Sylvie

Ce contenu a été publié dans Photos, Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Sylvie : elle l’a fait !

  1. Lecointre dit :

    Sylvie,
    Je me prosterne devant toi, je n’imagine pas la force de caractère pour aller au bout de soi, et surtout au bout d’un effort aussi intense, j’admire ta persévérance, déjà, à conserver l’envie après quelques reports, et faire face aux éléments que tu décris.
    J’imagine qu’après il ne te reste plus de challenge, la diagonale, peut-être ?
    Bravo encore

  2. patricia Ricard dit :

    Fabuleux Sylvie. Aller jusqu’au bout de ses forces comme tu l’as fait c’est extraordinaire. Belle volonté, belle gestion de l’effort , des émotions et tout cela en conservant ses pieds en bon état waouh.

  3. Ado dit :

    Je suis Admirative ,tu es incroyable. Très Belle performance. Un énorme Bravo pour toi Sylvie. Corinne

  4. Jean RAYMOND dit :

    SuperSylvie,

    Une très très grosse performance et, sans nul doute, une expérience inoubliable.
    Comment vas-tu trouver, maintenant, un challenge à ta hauteur ?

  5. Pelé dit :

    Admiratif également, Une expérience qui, sans doute, restera Gravée,
    Un très grand Bravo ! ! !

  6. Gibertini Estelle dit :

    Bonjour Sylvie
    J’ai suivi ton dossard 84 sur le site en live du marathon des sables et tous les jours voyais que tu avançais. Quel projet fou ! Je me souviens de ce qu’a dit ton mari quand nous étions dans la voiture pour le marathon de paris en 2019 « Et je ne vous dis même pas le projet qu’elle a en tête… » puis a mi-voix il nous annonce ton idée folle – je crois s’il a employé ce terme – « le marathon des sables ».
    Les folies sont les seules choses que l’on ne regrette jamais.

    Bravo à toi championne ! J’ai parlé de toi à tous mes collègues.
    Bonne récupération bien méritée et parle nous vite de ta prochaine folie
    Bises
    Estelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.