Les lents à Bou et Julie au bout…

Dimanche 30 mars, grosse concentration de Lents à Bou sous un soleil radieux et pour de jolis parcours au service d’un belle cause : aider Tiziana à surmonter sa maladie

Toutes les photos (de Marie)

Les résultats: 
4 KM
9 KM
16 KM

Bougeons ensemble avec Tiziana

Toutes le photos d’Infosport-loiret

Ce même dimanche Julie a été jusqu’au bout de ses rêves en terminant son premier marathon à Montauban en 3h55 (et 3ème V1 !) sous un beau soleil également

Le récit de Julie

Salut les copains, 
c’était un petit week end bien cool !
J’avais peur de la pluie et du vent et on a eu du soleil, et un peu de chaleur, c’était plutôt réconfortant.
Quelques jours auparavant j’avais rêvé qu’après avoir franchi la ligne d’arrivée je continuais à courir car je ne m’étais pas aperçu avoir couru 42 km et j’étais déçue de ne pas avoir peiné ! 
Le 1er semi est passé nickel, j’ai commencé à peiner au 35 ème km et plus sérieusement au 39 ème. Hors de question de marcher dans les parties vallonnées du centre ancien et du jardin botanique ! J’ai croisé des coureurs avec des crampes, d’autres qui marchaient, c’est flippant d’être aussi mal ! Mais comme je voulais absolument faire moins de 4h j’ai gardé le cap et me suis mise dans ma bulle. Je me suis nourrie de toutes les pensées positives des lents mais aussi des pensées négatives qui te donnent un peu la hargne pour te dépasser !
J étais inquiète qd même pour Didier. Je me demandais qd il allait me retrouver. Un marathon c’est peut être une distance initiatique mais je n’avais pas prévu de le faire sans binôme !  Je me demandais si papy allait tenir le coup avec son genou-molet en carton. Il m’avait dit de partir devant et qu’il me rattraperait mais je ne le voyais pas… pipo le coach ! Bien heureuse de le voir arriver.
Didier, maintenant il faut vraiment te soigner. Pour un prochain marathon,  je n’ai pas dit non mais pas tt de suite ! Le plan d’entraînement est contraignant.
Bon ok je reconnais, jeje, fred et Cendrine que des sorties de 30 km en entraînement c’était finalement pas une si mauvaise idée…
Merci aux lents pour votre bienveillance, tout particulièrement greg et nicolas, et de m’avoir mis un petit coup de pied au cul qd ça n’allait pas. P’tit fred, David et Thibaut soyez remerciés.
La course à pied est un sport collectif !!
Pas de sortie ce mercredi, je suis en prépa pour mon examen pro qui a lieu jeudi à Paris (et un peu en recup qd même !) 
Nous trouverons certainement un moment pour fêter dignement ce petit exploit.

PS :

Je remercie bien chaleureusement notre coach Didier,  alias genou et mollet en carton,  de m’avoir accompagnée dans cette aventure marathon dans l’année de mes 40 ans.
Il a plus confiance en mes capacités que moi. Sa présence et ses encouragements tout au long des entraînements m’ont fait bcp de bien et cela au delà du sport. Un corps sain dans un esprit sain !
Ccl : faites vous confiance.
Le récit de Didier
Une nouvelle Marathonienne parmi les Lents,
Petit récit de notre voyage en Occitanie et plus précisément à Montauban!
8h25 on se présente sur la ligne de départ, température fraiche 7 à 8° avec une petite brise légère, temp idéal pour un long parcours. Pas de stress en vue, Julie est assez décontracté, pas de pipi de la peur, bon elle parle beaucoup mais normal sinon je me dirais que ça ne va pas! 
8h30, c’est parti pour 42,195kms, pour l’une des courses qui est considérée comme des plus difficiles, un marathon. Pas beaucoup de marathoniens, 285 car l’organisation a fait des duos et le marathon par équipe comme un ékiden, et vu le peu de monde sur une large route , on trouve rapidement la cadence, entre le départ et les 11 premiers kms on est entre 5’15/ 5’25 au kilo sur deux grandes lignes droites dés le départ.
Car ensuite je vais casser un peu le rythme, car à partir du 8ème kilomètre, j’ai une douleur au mollet qui fait son apparition (douleur que j’appréhendai l’ayant eu pendant notre préparation), au départ ce n’était qu’une gène, mais petit à petit la douleur augmente, me bloque ma foulée, me ralentit et ralentit automatiquement Julie, au 12ème on est à 5h30, 5 sec ce n’est pas beaucoup mais ça compte car au 15ème on passe à 5’53, c’est plus pareil! Obliger de m’arrêter, je dis à Julie de continuer que je la rattraperai par la suite. Ce que je fais, je la rattrapes mais elle court vite avec ses petites jambes, puis on retrouve notre cadence sauf que rebelote au 20ème on passe à 6’14 au kilo, on refait la même opération(je rattrape Julie à 4’55, ça a son importance pour la suite) et on finit la première boucle donc le semi en 1h53’22.
Encore une boucle à faire, Julie est bien, très bien même, aucune douleur, encore du jus mais pour moi ça empire et au 23ème, je m’arrête complètement et Julie avec. Je sais que vers le 26ème il y a un point d’urgence. Julie veut rester avec moi mais hors de question qu’elle loupe son marathon, donc je lui dis de partir et que je la rattraperai, ce qu’elle a peu du mal à croire, donc elle part, petit (gros) pincement au coeur de la laisser seul pour sa première fois mais je sais qu’elle est costaud dans les jambes et dans la tête, c’est mon Binôme depuis assez longtemps pour le savoir. Je repars moi aussi en m’arrêtant , en repartant ainsi de suite jusqu’au 26ème en ayant dans ma vision Julie qui regarde derrière elle, inquiète pour son Binôme. Mais petit à petit elle disparait.
Petit souci, c’est pas au 26 ème mon point sécurité mais au 29ème (en regardant ma montre), je leur demande du froid, il me donne une poche de classe et j’en fait un point de compression sur mon mollet, 12 minutes d’arrêt, il faut que je relance la mécanique car je dois rattraper Julie, je me pose des questions, j’espère qu’elle n’a pas pris « le mur » car ç’est dur de repartir (expérience) , donc on repart, 30ème 4’53, 31ème 4’50, 32ème 4’35, la compression fait son effet, plus de douleur, sauf que je vais payer le fait d’avoir fait un peu le yoyo en rattrapant Julie et ces 3 kms pour essayer de la rattraper que je n’arriverai pas à faire car au 33ème on passe dans un parc ou il y a une belle descente pour ensuite un petit pic (vicieux) qui me casse un peu les jambes ce qui me ralentit fortement sur les 4 prochains kms (jusqu’au 37ème) mais hors de question de m’arrêter et je finis en 4h13 (3h33 mon record personnel) puis je retrouve Julie entre les mains d’une masseuse. 
Quoi j’ai oublié quelque chose, le temps de Julie, je lui avait lancé un objectif entre 3h50 et 4h, objectif atteint en 3h55’39…Bravo!
Elle finit 3ème de sa catégorie mais malheureusement elle revient sans sa coupe car on a vu le résultat sur le chemin du retour, c’est ballot!
Au général, elle finit 144ème sur 275 finisher, ses temps de pointage…5km en 27’02….15km en 1h19’57…le semi en 1h53’32…le 26km en 2h24’09….le 36km en 3h20’05 et le marathon en 3h55’39
A partir du 26ème je ne peux vous raconter la course de Julie, n’étant plus avec elle!
J’ai pas répondu à tout le monde, désolé, merci pour vos encouragements, on s’en est servi toute la course!
Merci spécial (ils comprendront) à Cendrine, Fred et Jéjé!
Un très grand bravo et un grand merci à Julie pour sa perf (car pensez que je l’ai ralenti) et de m’avoir donner la force de continuer, le prochain on le fait vraiment ensemble! 
PS : J’ai fait quelques marathons dont Orléans, Cheverny, Toulouse, Albi et Montauban, c’est le plus dur que j’ai fait, les organisateurs le vendent roulant mais c’est pas vraiment le cas mais un marathon sympathique, pas mal de faux plats, des petits chemins en calcaire, des chemins en mode fartlek, des ponts raides à monter!

Ce contenu a été publié dans Photos, Résultats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.