« Jusqu’au boue ! »

Deux fois un mois de sécheresse cet été 2018. Il y aurait de quoi déprimer un week-end ou deux le traileur qui se respecte. Le seul, le vrai, le pur, celui qui dort avec ses runnings au pied et n’imagine pas un repas sans platées de pattes et, après l’arrivée, une bière : l’amoureux de la boue !  Il suffit d’entendre Thibaud pour s’en convaincre : « De la boue, de la boue, de la boue… et encore de la boue… C’etait trop bien ! 😀 » On confirme qu’il aime ! C »est que la veille, sur sa proposition, nous avons (re)découvert à l’entraînement, les joies de patauger autour de l’étang de Charbonnière.« Quand on aime le trail, la boue c’est la vie… et bien on a été servis ! »  Il faut croire que le micro-climat autour de Blois a bien fait les choses. Pour ceux qui imagineraient des centaines de bénévoles arrosant tout l’été le parcours du Trail des Postiers sachant que des Lents se présenteraient se trompent.« Après plusieurs jours de pluie, le terrain était bien gras pour aller vagabonder dans les forêts blésoises. » Une belle partie de plaisir ! Ils étaient onze Lents au total sur les 13 ou 32 km près de Blois du Trail des Postiers ce dimanche 03 Novembre. 
Mais rien de très facile, bien sûr ! « Sur le 32km, une alternance entre monotraces, chemins forestiers et petites bosses qui rendaient ce trail fort sympathique. » Coach Véro confirme aussi la difficulté. « Oui pas facile du tout le terrain. Mais c’est le sport. Et c était pour tout le monde pareil ! »
« Pour ma part (Thibault), l’objectif était d’accumuler des km dans un rythme tranquille en vue de la Sainté-Lyon. Avec 25 km le samedi et 32 km le dimanche, j’ai été servi ! »  Ah, oui, cela se mérite et cela se prépare de tenter une participation sur une doyenne devenue petit-à-petit un des mythes du trail.  « Au final, une dernière place anecdotique mais 32 km de forêt en 4 h et le sentiment d’un entrainement bien mené et la satisfaction de ne pas m’être laissé emporter par l’envie d’accélérer 🙂 » Oui, il parait que certains d’entre nous vont un peu vite à l’entrainement. 
« Cela m’a permis de discuter avec les bénévoles, de rigoler avec les serres-file et cela permet de vivre le trail différemment. A refaire avec plaisir l’an prochain ! La bonne humeur était de mise ! » J’avoue que c’est ce que je retiens du trail, savoir aussi oublier le chrono, gagner l’humilité qu’apprend la difficulté, le sentiment d’être si petit face à la nature, également la générosité des autres qu’on y vit comme le plaisir des autres. Bref, pratiquons la boue ! Pour la boue et pour le reste ! Parait que c’est bon pour la peau, en plus ! Tu confirmes Thibaud ? 
A noter aussi la magnifique victoire d’Hélène dans sa catégorie sur le 13 km. Et on m’a dit que « Stéphanie, la nouvelle, fait une super course – c était sa première, avec Estelle comme binôme. » Les résultats (cliquer sur le lien)  : 
PS. Vous remarquerez qu’aucun de nos grands reporters n’évoque de postier. L’origine du nom de la course restera cette année une énigme. Mais le facteur sonne toujours deux fois, n’est-ce-pas ?
FW.
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « Jusqu’au boue ! »

  1. Gibertini dit :

    Je confirme… Stéphanie m’a épatée !

  2. Stephane dit :

    Bravo en tout cas pour ta prose, cela a été un régal de te lire tout le long, veille du Trail des Maquisards qui s’annonce quand même moins boueux ! Au moins je l’épère

  3. Alain CROSNIER dit :

    Le postier : course organisée par l’ASPTT de Blois, pour ceux qui se souviennent qu’il il avait des PTT…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.